Normes des escaliers

Qui n’a jamais manqué chuter dans un escalier ? Certes, cette structure est très pratique pour se déplacer d’un étage à l’autre, dans une habitation, un bâtiment industriel, un établissement public…, mais il convient de la sécuriser un maximum. Tous les lieux qui reçoivent du public doivent être dotés d’escaliers aux normes, que ce soit en matière d’ergonomie, de sécurité et d’accessibilité. Dans les habitations privées, les normes ne sont pas obligatoires. Pour autant, quelques règles de bon sens doivent être appliquées afin de garantir la sécurité de tous.

Les règles de sécurité pour un escalier privé

Dans une habitation, c’est principalement la norme NF P21-210 qui réglemente l’installation d’un escalier. Elle n’est pas obligatoire, mais il est conseillé d’en suivre certains préceptes, surtout si le logement est amené à être loué ou vendu.

Ces règles vont assurer la sécurité des usagers de l’escalier, mais aussi le confort général de la structure. Voici quelques conseils pour un escalier principal, c’est-à-dire un escalier que vous et les membres de votre foyer êtes amenés à utiliser régulièrement, parfois plusieurs fois par jour :

  • La pente de l’escalier : elle doit être comprise entre 25 et 45° maximum afin que l’ascension reste agréable. Plus l’escalier est raide, plus le risque de chute est présent.
  • La largeur de l’escalier: il est conseillé qu’elle soit de 70 cm minimum. Si une main courante empiète de 10 cm sur la largeur de marche, prévoyez 80 cm d’emmarchement.
  • La présence de contremarches: l’absence de celles-ci est souvent appréciée, car cela contribue à alléger la structure de l’escalier et à apporter de la lumière. Pour autant, la présence de contremarches réduit le risque d’accident.
  • La visibilité : rendez visibles les éléments de l’escalier susceptibles de causer une chute, à savoir les nez-de-marche et les contremarches. Pour cela, privilégiez une couleur qui contraste avec celle du revêtement des marches et du palier. Le même principe s’applique pour la main courante, cette fois dans le but de la rendre visible en cas de glissade.
  • La lumière: mieux un escalier est éclairé, plus le risque de chute est réduit.
  • Des surfaces antidérapantes: pour éviter de glisser sur les marches, ajoutez des surfaces antidérapantes ou un tapis.
  • La pose d’un garde-corps: le long de la volée de marche et sur les paliers, la rambarde d’escalier est optimale pour éviter les chutes. Idem pour ce qui est de l’installation d’une main courante sur le mur d’échiffre ou quand l’escalier est installé entre deux murs. Si des enfants en bas âge habitent le foyer, une barrière de sécurité est également conseillée.

Les normes dimensionnelles d’un escalier

Les dimensions d’un escalier sont soumises à plusieurs normes. Hauteur, largeur, nombre de marches, forme de l’escalier… dépendent avant tout de la configuration de l’espace, de la superficie disponible au sol et de la taille de la trémie. C’est pourquoi le calcul d’un escalier est souvent complexe et qu’une confection sur mesure par des professionnels est recommandée.

Il est donc des dimensions à respecter « idéalement », surtout pour un escalier principal.

Au niveau des marches :

  • On considère qu’au-delà de 18 marches, un escalier perd en confort.
  • Hauteur de marche : entre 16 et 21 cm. Toutes les marches doivent être de la même hauteur.
  • Nez-de-marche : entre 3 et 5 cm
  • Giron (largeur entre deux nez-de-marche) : entre 21 et 32 cm
  • Echappée (hauteur de passage vertical entre le nez-de-marche en bas de l’escalier et le plafond) : 190 cm minimum
  • Emmarchement (largeur de marche) : supérieur à 70 cm. Si une main courante dépasse de 10 cm sur la marche, l’emmarchement devra mesurer au moins 80 cm

Au niveau de la rambarde, ce sont les normes relatives au garde-corps qu’il faut avoir à l’esprit. Dans un escalier, les dimensions à respecter seront les suivantes :

  • Hauteur du garde-corps : 90 cm dans la volée (garde-corps rampant) ; 1 m sur les parties horizontales (garde-corps de palier)
  • Hauteur de main courante : 90 cm
  • Si le remplissage est fait de barreaux verticaux, l’écart entre eux doit être de 11 cm maximum
  • Si le remplissage est fait de lisses horizontales, l’écart entre elles doit être de 18 cm maximum. Par ailleurs, les 45 premiers centimètres doivent être pleins (panneaux de verre, de tôle perforée…)
  • Si la balustrade est en fer forgé, les espaces ne doivent pas pouvoir laisser passer un parallélépipède de 25 x 11 x 11 cm

Pour ce qui est du ou des palier(s) :

  • Un palier de repos doit être ménagé toutes les 25 marches
  • Largeur : identique à celle de l’emmarchement
  • Longueur : 1 m minimum

N’hésitez pas à demander conseil aux équipes de Divinox.

Pin It on Pinterest

Share This